Texte de Eva Prouteau

Dans le cadre des "Instantanés" présentés dans la salle Mario Toran, le Fonds régional d’art contemporain des Pays de la Loire invite l’artiste Vincent Mauger du 30 avril au 22 juin 2008.

«Mon travail porte sur la représentation sculpturale d’un souvenir ou d’une perception mentale d’un espace ou d’un objet. Je souhaite établir une sorte de concurrence entre l’objet réel et une tentative de matérialisation d’une perception personnelle associée à celui-ci.» Vincent Mauger

Les œuvres de Vincent Mauger développent des logiques paradoxales. Etudes liées à l’espace, au volume, à l’architecture, elles s’incarnent en installations in situ, objets-sculptures autonomes, déploiements graphiques ou projections vidéo. Elles ont toutes en commun cette capacité à osciller entre plusieurs référents, entre plusieurs problématiques de représentation.

 

L’un des enjeux de ce travail se situerait précisément entre matérialisation et dématérialisation de l’objet. Lorsque Vincent Mauger recouvre d’une croûte de sel deux jouets métalliques, il cherche à forcer ainsi l’apparition de leur structure. Des tâches d’oxydation imprègnent la surface du dispositif, elles manifestent l’objet et organisent métaphoriquement son évasion, la révélation de ses lois internes. Paradoxalement, elles sont la marque même de sa disparition.

Plus récemment, Vincent Mauger propose des va-et-vient constants entre construction volumineuse (plaisir d’exploration du matériau, défi du chantier parfois monumental) et légèreté virtuelle. Dans les effusions numériques de notre ère contemporaine, il réintroduit du jeu, couplant une dimension plus primitive, un imaginaire plus artisanal à la sophistication des logiciels 3D. L’installation présentée en 2008 à la galerie LH confirme ce pouvoir d’hybridation : des lignes souples sculptent la surface alvéolaire de tubes PVC assemblés verticalement, et cet ensemble convoque instantanément son double modélisé, sa représentation virtuelle. Le système de construction (basé sur la multiplication, le foisonnement) permet de poursuivre mentalement la pièce, d’en imaginer les prolongements bien au-delà du lieu d’exposition, dans une dynamique de l’expansion et de l’envahissement.




 


 







© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012 Tous droits réservés

Vincent Mauger, Pliage ultra technique

Exposition du 30 avril au 22 juin 2008. Fonds régional des Pays-de-la-Loire, La Fleuriaye, boulevard Ampère - 44470 Carquefou. Tél.: +33 (0)2 28 01 50 00. Ouverture du mercredi au dimanche de 14h à 18h et les jours fériés, sauf le 1er mai.

Ce mouvement entre objet fait-main et forme conçue par ordinateur se retrouve dans les dessins de l’artiste : «Dans tous mes travaux graphiques, je travaille à créer un trouble entre l’utilisation des techniques numériques et des techniques traditionnelles. Mon objectif n’est pas la surenchère technique rendue possible par l’utilisation d’outils informatiques. Il consiste à construire un rapport critique vis-à-vis de ces outils, à entretenir cette distance dans le malaise créé par la difficulté à les distinguer. En effet ces deux univers se confondent, s’ajoutent ou se superposent dans chacune de ces productions.» Cela donne, dans une série de dessins réalisés en 2006, des griffonnages sur papier d’une texture proche du coloriage, des esquisses veloutées, des étendues de paysage fragiles qui cependant sont trop parfaites. Car les accidents, tremblements et autres irrégularités sont ici subtilement retramés par l’outil numérique, qui analyse la ligne sans pour autant la déshumaniser. Et l’on devine l’artiste amusé par ces équilibres étranges, ces jeux de «facettage» du réel qui savent abstraire et incarner dans un même mouvement.

 

Certaines installations s’affranchissent davantage de la référence aux logiciels de vectorisation. Les images qu’elles font surgir demeurent indécises : à l’exemple de ce paysage de papier où le relief montagneux rejoint la surface de la mer, fragmentée à l’infini (installation in situ créée en 2006 à la Chapelle du Bélian, où Vincent Mauger emplit l’espace de feuilles A3 froissées en boule) ; ou encore ces machines rétro-futuristes improbables pour voyages à démonter le temps et accélérer l’espace (Gravity is dead, où un escalier hélicoïdal s’enchasse tautologiquement dans un dispositif complexe de rotation ; Hardrocking chair extreme, où une chaise à bascule mutante peut effectuer une révolution à 360°).

 

Bouleversant souvent les échelles et les usages, les objets-sculptures de Vincent Mauger tracent ainsi dans leur sillage des pistes d’interprétations multiples. Autant d’espaces, mentalement habitables, offerts au visiteur comme des rêves en suspens.




Vincent Mauger, Sans titre, 2008. Gaines plastiques, colle - 60 x 250 x 195 cm. Courtesy de l'artiste. Production Frac des Pays de la Loire Vincent Mauger, Sans titre, 2008. Acier, aluminium, inox. 65 x 70 x 70 cm; 25 x 50 x 35 cm; 40 x 70 x 50 cm; 75 x 110 x 66 cm. Courtesy de l'artiste - Production Frac des Pays de la Loire

De gauche à droite :
Vincent Mauger, Sans titre, 2008. Gaines plastiques, colle - 60 x 250 x 195 cm. Courtesy de l'artiste. Production Frac des Pays de la Loire
Vincent Mauger, Sans titre, 2008. Acier, aluminium, inox. 65 x 70 x 70 cm; 25 x 50 x 35 cm; 40 x 70 x 50 cm; 75 x 110 x 66 cm. Courtesy de l'artiste - Production Frac des Pays de la Loire

Archives expositions personnelles France

  Vincent Mauger, Pliage ultra technique
   L’H du Siège, Valenciennes
  10.01 - 21.02.2009

Archives expositions personnelles (M)