Communiqué de presse

Pour Isa Melsheimer, la broderie est aussi une technique de dessin et d'écriture. Son exposition au Carré d'Art est conçue comme une installation spécifique dans le bâtiment de Norman Foster pour laquelle elle réalise de nouvelles tentures brodées portant des citations du roman de l'écrivain japonais Kobo Abé, L'Homme-Boîte. Elle s'appuiera aussi sur un choix d'oeuvres plus anciennes qui expriment également cette idée d'un espace autre, caché, d'où viennent des regards que nous ignorons et qui nous observent.

Très intéressée par l'architecture, Isa Meilsheimer développe une réflexion autour de l'espace à vivre tel qu'il a été identifié par l'architecture moderniste et se rencontre au quotidien dans la maison, mais aussi dans les galeries marchandes et les lieux intermédiaires utilisés par les sans-abri. Certaines oeuvres récentes créées d'après des images de presse prises lors de l'effondrement du bâtiment des Archives de la Ville de Cologne ou d'autres faits divers traiteront les thèmes de l'instabilité dans notre monde occidental étroitement organisé. Ce thème renvoie aussi au fort intérêt de l'artiste pour les questions d'environnement et de responsabilité collective.




Exposition du 26 janvier au 18 avril 2010. Le Carré d'Art Musée d'art contemporain, Place de la Maison Carrée - 30000 Nîmes. Tél.: +33 (à)4 66 76 35 70. Ouverture tous les jours sauf le lundi de 10h à 18h.



© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Isa Melsheimer

Extrait du texte de Françoise Cohen

Celui qui entre dans une exposition d'Isa Melsheimer doit s'attendre à soudainement changer d'échelle. Nombre des oeuvres de l'artiste ont des dimensions de maquettes au sens de projet, d'expérimentation, mais non au sens de modèle puisqu'aucune pièce n'a vocation à être effectivement construite. Si certaines induisent une fiction implicite, il n'y a là aucune similitude avec l'illusion du conte de fée ou du jouet.

Car cette petite dimension, si elle nous désarme, n'en rend que plus efficace un travail où l'effet de réel en ce qu'il nous oblige à expérimenter de notre présence dans un espace différent, est servi par une nécessaire projection mentale. Dans son parcours, Isa Melsheimer n'exploite pas seulement la tension existant entre l'échelle de ses oeuvres et les vastes dimensions des salles du musée. Elle s'inspire de caractéristiques du bâtiment comme le fait que les dalles du sol de 50 x 50 cm puissent toutes se soulever ou le découpage du mur pour des raisons technique (trappes de désenfumage, jonctions des murs, tous marqués par des joints creux).

Toutes les oeuvres font clairement référence à l'espace urbain comme environnement habituel, usuel, comme espace à habiter, et s'intéressent particulièrement aux marges où se brouille la limite entre espace public et espace privé. Soigneusement choisis pour leur couleur délicate et leurs décors floraux, les matelas, nombreux chez l'artiste, sont le support de motifs brodés. Dans Platz (Place), le brouillage entre intérieur et extérieur est complet puisque les motifs brodés sont des caméras de surveillance ou des tags vus dans la rue. Le dispositif est complété d'un miroir qui rappelle là encore les techniques de surveillance de nombreux magasins.



Ci-contre : Isa Melsheimer, Zwischen Gebirge, verre, 2009 © Isa Helsheimer




Ci-dessous : Isa Melsheimer, Städte, papier mâché et autres matériaux, 2002. Collection particulière, Berlin

Isa Melsheimer, Städte, papier mâché et autres matériaux, 2002. Collection particulière, Berlin Isa Melsheimer, Zwischen Gebirge, verre, 2009 © Isa Helsheimer

De gauche à droite : Isa Meilsheimer, Tuch IV, 2007, collection Gilles et Marie-Françoise Fuchs et Tuch V, 2007, Courtoisie Galerie Jocelyn Wolff


De gauche à droite : Isa Melsheimer, Platz, 2004, collection particulière, Berlin, et Umzug (détail), 2008, Courtoisie Galerie nächst St. Stephan Rossemarie Schwarzwälder, Vienne


Archives expositions personnelles France

  Isa Melsheimer
  Le Carré d’art, Nîmes
  26.01 - 18.04.2010

Archives expositions personnelles (M)