Extraits du communiqué de presse

Yves Marchand et Romain Meffre travaillent autour de l'archéologie urbaine et des ruines contemporaines, des édifices en état de transition avant réhabilitation ou démolition.

Depuis 2001, ils s'intéressent aux bâtiments abandonnés: souterrains, industries anciennes et zones urbaines désertées. Au fil de leurs explorations, ils sont devenus de plus en plus sensibles à la rareté et à la singularité des édifices historiques et ont évolué ensemble vers une rigueur, une manière de photographier, une vision commune.

L'aseptisation globale des villes, le "génocide architectural" les a poussés à poursuivre leurs investigations en France, en Belgique, en Angleterre, en Espagne, en Italie, et plus récemment en Allemagne de l'Est et sur le continent américain. Pour eux, il s'agit dans un premier temps de garder une petite trace de ces édifices souvent méconnus, toujours fruits d'un contexte social et historique.

L'état de ruine, parce qu'il peut être le stade final et symbolique de la vie de ces bâtisses, représente à leurs yeux une véritable sublimation de l'architecture. C'est une incitation à les regarder une toute dernière fois.

La série de photographies exposée à la galerie d'art architectural Cédille présente le début d'un travail relatif aux anciens cinémas américains, commencé sur New York et ses environs.

Pour la plupart construits dans les années 20 et 30, suivant le développement des sociétés de production et la floraison des films hollywoodiens, ces "movie palaces" deviennent, au cours du XXème siècle, désuets avec l'apparition notamment des multiplex et de la télévision.







© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Yves Marchand & Romain Meffre, Movie Theaters

Exposition du 31 janvier au 16 mars 2008. Naço Gallery, 38 rue des Citeaux - 75012 Paris. Tél.: 01 40 09 17 69.

Yves Marchand & Romain Meffre, Movie Theaters Yves Marchand & Romain Meffre, Movie Theaters Yves Marchand & Romain Meffre, Movie Theaters

Pour l'histoire : Les palais oubliés du cinéma

C'est en 1895 que les frères Lumière inventent le cinématographe. Au départ simples projections de quelques secondes ou quelques minutes, le cinéma est relayé en tant qu'attraction foraine. Il est alors projeté dans des salles de spectacle aux fonctions multiples: concerts, performances diverses, arts du cirque... Il devient vite un art très populaire.
Très naturellement, les salles initialement destinées aux prestations de type vaudeville laissent une place de plus en plus importante à la projection de films, si bien que certaines salles s'y spécialisent et d'autres sont construites exclusivement pour cet usage.

C'est aux Etats-Unis que ce média connaît l'engouement le plus important et devient progressivement une véritable industrie. Durant la première guerre, Hollywood devient la capitale mondiale du cinéma. Parallèlement à cet essort, partout dans les grandes villes on voit la construction d'un nombre important de nouveaux amphithéâtres, à la capacité toujours plus grande, les "movie theaters". Des firmes spécialisées dans la réalisation de cinéma (Loew's) voient le jour, et les grands studios de production cinématographique (Paramount, Fox, United Artists, RKO) construisent de leur côté leurs propres salles pour y projeter les films qu'ils produisent. Des architectes dédiés réalisent leurs projets grandiloquents en y apportant toujours plus d'éclectisme et d'extravagance, piochant allègrement dans des influences classiques, gothiques, égyptiennes, orientales, ou encore art-déco, etc.



Les années 20 et 30 voient l'édification d'un nouveau type de cinéma qui privilégie le confort à l'architecture et permet un choix plus varié pour le spectateur: le multiplex. L'émergence d'un nouveau média, la télévision, finit de rendre les anciens palaces obsolètes et désuets. Durant les décennies qui suivent, s'ils ne sont pas modernisés et divisés en plusieurs salles ou remplis en tant que cinémas pour adultes, les "movie theaters" ferment les uns après les autres et beaucoup sont démolis. Ceux qui restent, oubliés, échappent à ce sort et sont convertis de manière variée. Beaucoup sont transformés en église, certains deviennent des discothèques et pas mal encore sont simplement utilisés comme zones de stockage par des commerçants qui n'utilisent que le lobby comme espace de vente. Quelques-uns, enfin, demeurent à l'abandon.

Toutes photographies ©Yves Marchand et Romain Meffre

Archives expositions personnelles France

  Yves Marchand & Romain Meffre, Movie Theaters
  Naço Gallery, Paris
  31.01 - 16.03.2008

Archives expositions personnelles (M)